Autoportraits, de Rembrandt au selfie

Visiter l’expo Autoportraits à 3 ans, au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Il y a quelques semaines, par un miraculeux alignement des astres, je parvenais à synchroniser les deux petits êtres qui vivent sous notre toit et à les emmener voir l’exposition “Autoportraits, de Rembrandt au selfie“. Il va sans dire que le petit paresseux, du haut de ses quelques mois, n’a pas pu vraiment profiter de l’exposition, mais a été sage tout du long, dans sa petite écharpe, ce qui fut grandement appréciable. Par contre, sa grande soeur paresseuse de 3 ans a grandement profité de l’exposition pendant une vingtaine de minutes. Grâce à la Carte Culture, mise en place par la ville de Lyon (28€, billet prochainement), j’ai pu accéder gratuitement à l’exposition (les enfants ne payent pas).

Monamour

Mon amour, un livre larmes aux yeux

Sans doute ne suis-je pas le premier parent à m’émerveiller de ce livre subtil, enthousiasmant et enivrant. Ce ne sera toutefois pas un mal d’en parler une énième fois. La naissance d’un petit-frère chamboule les repères, et fait parfois naître le doute chez l’enfant. Il peut redouter l’abandon, réel ou symbolique, de ses parents, surtout lorsqu’il fait une bêtise ou agace visiblement ses parents. Pour renouer la confiance et rassurer sur la persistance de l’amour parental, ce livre n’a nul autre pareil.

Double stock de lait

5 choses découvertes en congé parental

Après près d’un mois en congé parental total, dû à la reprise du travail de ma femme, je dresse le bilan, je me remémore chaque instant. J’aurais aimé le dresser plus tôt dans le mois, mais je suis trop carbonisé le soir pour prendre le temps d’écrire, et la sieste de l’après-midi (lorsqu’elle est synchronisée) me laisse juste le temps de gérer l’ordinaire. Mes semaines se passent généralement de la manière suivante : ma fille de 3 ans va à l’école le matin du lundi au vendredi, et ma femme est absente de 7h à 19h30 (oui, elle travaille loin), mais a tous ses vendredis (donc longs weekends, danse de la joie). 1 – Le rythme, c’est la clé À ceux qui  pensent qu’un congé parental, c’est des vacances (si, si, j’en vois au fond là qui ont le sourire narquois) ou ceux qui pensent que l’on doit bien s’ennuyer durant de telles journées; il faut savoir que les journées passent très vite.

21367-0

Digérer l’arrivée du petit-frère : Bébé Cadum et Dans mes bras

En parents paniqués consciencieux, nous avons essayé de préparer tranquillement notre fille à l’arrivée d’un petit frère ou petite-soeur (nous voulions garder la surprise, même si ça a été dur, mais c’est une autre histoire). Face à l’inattendu et l’inconnu, elle était toute désemparée et posait beaucoup beaucoup de questions. À chaque fois que nous lui donnions une réponse, elle l’absorbait et la répétait ensuite quotidiennement, pour s’assurer d’avoir bien compris. Pour l’accompagner dans ce bouleversement de vie, nous avons essayé de choisir des livres qui lui permettraient de se projeter vers ce qui allait arriver, sans pour autant l’accabler de morales ou de devoirs. Mais nous avons rencontré un premier problème…

L'Epicerie Pop

L’Épicerie Pop ou le brunch familial

Recevoir sa belle-famille n’a jamais rien d’évident, et la contenter qui plus est. Surtout quelques heures avant de s’échapper en amoureux en leur demandant de garder M., 3 ans et A., 1 mois (oui, c’est jeune, mais le restaurant en valait la chandelle). Alors, trouver une adresse de brunch qui contenterait à la fois ma belle-famille, ma petite famille et qui ne serait pas juste une énième adresse à recyclage de restes de la semaine ou un attrape-bobos : la tâche s’avérait ardue. Après quelques recherches sur les internets (CityCrunch, MyLittleLyon, Yelp, LyonResto sont mes amis dans ces cas-là) je suis tombé sur la révélation : L’Épicerie Pop. Situé sur la petite place Fernand Rey, derrière la place Sathonay (Lyon 1er) c’est un petit havre de quiétude pour bobos désoeuvrés (pléonasme ?).

Etage Maison Buisson

Un petit goûter à la maison Buisson, Lyon 6e

Par une froide journée d’hiver, l’idée vint à ma fille d’aller faire un tour en vélo au parc de la tête d’Or. N’écoutant que mon enthousiasme de père qui commençait à s’encrasser dans l’appartement, j’acceptais volontiers. L’interrogeant sur ses raisons, elle me répondit : “Peut-être que le vendeur de crêpes sera ouvert et alors, on pourra prendre une crêpe”. Dès lors qu’il s’agît de manger, ma fille sait faire des phrases, pour le reste… Une fois le vélo regonflé et sécurisé, nous fendîmes l’air froid et sec de ce mois de janvier pour arriver plus vite que l’éclair au parc…

Le jour se lève, une nouvelle ère commence

Prendre un congé parental lorsqu’on est père. Comment faire ?

Si on considère que seuls 2-3% des parents à prendre un congé parental sont des hommes, il y a un sacré boulot à faire pour l’égalité des sexes (et ça passera par là). Mais tout d’abord, que réserve le droit français aux pères à la naissance de leur enfant ? Spoiler, on va jouer sur les mots et jouer des distinctions fines que seule l’administration française nous réserve. Mettez un petit cachet d’aspirine de côté au cas où…